Unsane - Scattered, Smothered & Covered

Nouveau bassiste, nouveau label mais même volonté de proposer des morceaux lourds, malsains et agressifs.

  • Label : Amphetamine Reptile Records

  • Sortie : 1995

  • Genre : Noise Rock

Je n'aime pas le changement... Enfin, si, mais le changement me fait peur à première vue, me donnant des frissons dans la nuque... Mais, je sais que cela ne veut pas dire que c'est forcément du mal et, quelques fois, sortir de sa zone de confort permet de découvrir ou de ressentir des choses agréables. Mais, lorsque je dois y faire face, la première chose que je me dis c'est que je n'aime pas le changement. Du coup, lorsque j'ai écouté les premières notes de Scattered, Smothered & Covered, je me suis dit que je n'aimais pas le changement de bassiste, que la rondeur des lignes de basse de Peter Shore allaient me manquer.

Bon, il s'avère que Unsane n'aime pas trop le changement non plus et que si Dave Curran devient le nouveau bassiste, le son Unsane ne change guère.

Shore a donc quitté l'aventure Unsane mais cela pendait au nez du groupe. Depuis la mort par overdose de Charlie Ondras, son ami d'enfance et premier batteur du groupe, le chanteur/guitariste/frontman Chris Spencer était tiraillé entre son addiction à l'héroïne et le deuil. Shore, qui les connait tous les deux depuis de nombreuses années, avait un peu de mal avec ça. Et le contrat signé avec Amphetamine Reptile Records ne va que envenimer les choses. Le label hype de l'époque - dans lequel on trouvait Helmet, Cows ou Sonic Youth - faisait de l’œil à Unsane qui quitte alors Matador Records pour rejoindre leur écurie. Sauf que le groupe n'est pas assez vendeur pour le label n'arrivant pas à remplir les objectifs imposés par le contrat. C'est donc avant le retour en studio d'Unsane que Shore quitte le groupe.

Mais Spencer recrute Curran avec qui le courant passe immédiatement; en tout cas, leur collaboration va dans le même sens. Avec le batteur Vincent Signorelli, les deux compères continueront jusqu'en 2019, date de la séparation d'Unsane. Et donc, on peut ainsi dire que la recette du groupe telle qu'on l'a connue jusqu'à la fin naît ici, dans Scattered, Smothered & Covered. En même temps, elle n'est pas si éloignée de celle de Total Destruction, Spencer ayant une version très claire de ce qu'il veut faire avec le groupe, mais, comme je l'écrivais en début de critique, le changement de bassiste se fait entendre notamment avec un son plus fuzzy et la production de Tim 'Mac' McLaughlin met plus en avant le son saturé des guitares, tentant parfois même de "Helmet"-isé le groupe ("Blew").

Ce qui n'empêche pas d'Unsane de ne pas faire de compromis dans sa manière de composer. Spenser hurle toujours de la même manière dans le micro avec un son étouffé donnant l'impression d'entendre des cris de mouettes qu'on écorche vivantes. Curran, qui remplace également Shore sur les chœurs, apporte beaucoup de coffre à l'ensemble comme sur "Alleged". En plus de ça, le groupe a la volonté de surprendre son auditoire au moment qu'il l'attend le moins comme sur le célèbre "Scrape" à l'introduction réconfortante avant de devenir agressive, ou "Blame Me" qui propose une rythmique plus post-hardcore mais revient aux fondamentaux du groupe de la meilleure manière qui soit.

Si on exclut le morceau mélodique "Blew", le groupe propose aussi des morceaux de plus en plus sludge comme le puissant "Out" ou "No Loss" avec des lignes de basse qui martèlent le crâne et des riffs de guitare qui semble ronger la rythmique petit à petit.

Malgré le changement, Unsane continue de nous faire du bien aux oreilles même si ce que j'aimais tant sur Total Destruction semble appartenir au passé, il aurait été dommage de ne pas écouter Scattered, Smothered & Covered et s'accrocher à une nostalgie presque castratrice. Prendre du plaisir, c'est aussi affronter ses propres peurs... surtout celles qui n'ont pas raison d'être.

Commentaires