The Beatles - Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band

Cet album est une véritable farandole de morceaux pop intemporels.

  • Label : Parlophone

  • Sortie : 1967

  • Genre : Pop

Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band est un album concept qui nous emmène dans ce qui ressemble à un concert tenu par un groupe fictif. C'est dans une ambiance presque festive que le voyage résolument positif commence avant de se terminer avec le morceau qui va poser les jalons des morceaux de la pop moderne.

On le sait, The Beatles est un groupe avec un véritable sens de la composition mais depuis Rubber Soul, il est habité par un véritable génie créatif. La drogue et l'argent rendant tous leurs délires sonores possibles. Et comme sur le précédent disque, les quatre musiciens deviennent avant-guardiste, autant dans la musique que dans le packaging du disque.

Aussi, le groupe a pris du temps pour lui entre les enregistrements et chaque membre s'intéressera individuellement à choses différentes comme l'art pour Paul McCartney ou la méditation pour George Harrison. Et puis, la drogue est toujours présente dans leur vie... et chaque morceau du disque semble être une ode à un stupéfiant différent, que ça soit l'opium sur "Within You Without You", la marijuana sur "Fixing a Hole" ou "Lovely Rita", la cocaïne sur "Good Morning Good Morning" et, bien sûr, le LSD sur "Lucy in the Sky with Diamonds".

Mais du temps, The Beatles en a aussi pris en studio puisque 400 heures de travail ont été nécessaires pour arriver au bout du disque. George Martin, l'ingénieur du son, continue d'expérimenter avec le groupe tentant des choses inédites pour l'époque comme de brancher la basse de McCartney directement sur la table de mixage pour trouver le son si particulier de "Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band". L'emploi des orchestres symphoniques est de plus en plus présent et colle à l'ambiance du concert du groupe fictif. Et puis, de plus en plus les morceaux composés et chantés par John Lennon ont une saveur différente, plus artificielle, avec notamment la déformation de sa voix plus fréquente - sous prétexte qu'il n'aimait pas sa voix.

Même si les compositions sont moins folles que sur Revolver, cela n'empêche pas que The Beatles semble avoir réalisé le disque de pop parfait. Pourtant, il évite constamment la facilité, il ose des choses folles - comme la montée en puissance de l'orchestre complètement sur "A Day in the Life". Chaque morceau est parfaitement étudié pour arriver à rentrer dans le concept de l'album avec des astuces parfois audacieuses, parfois maline créant des enchaînements incroyables que l'introduction de "With a Little Help from my Friends", très théâtral, donnant l'impression que la salle de spectacle s'éteint, que seule la poursuite reste allumée balayant la salle avant de se poser sur Ringo Star après qu'il ait balancé sa première note.

Chaque morceau appelle à ce genre d'images tellement leur musique est prenante et habitée. J'aime énormément la plupart de ces morceaux ; je crois qu'il n'y a que le seul morceau écrit et chanté par George Harrison, "Within You Without You" - bien qu'intéressant dans la forme et dans sa manière d'être jouée - me laisse indifférent. Mais son placement sur le disque est intelligent, il ouvre la Face B et avec les rires enregistrés qui viennent le conclure, on a l'impression qu'il est placé comme un entracte du spectacle de l'orchestre du Sergent Pepper.

Il y aurait tant de choses encore sur ce disque et, j'ai l'impression que je pourrais m'éterniser à son sujet. En tout cas, c'est un disque qui a marqué son époque pour des raisons évidentes et c'est pour les mêmes raisons qu'il reste aujourd'hui une référence musicale tous genres confondus.

Commentaires