Road to 40 : Emotional Violence

Je me retrouve pris à mon propre piège qui est de partir sur le principe de faire différentes playlists par genre musicaux. Ce n'est pas évident tellement la nuance peut-être ténue entre différents styles.

Par exemple, pour l'emocore, autant le terme a été inventé pour Fugazi et toute cette vague punk/hardcore de la fin des années 80 avec un chant plus mélodique, autant il est associé au punk plus pop du milieu des années 90 puis, à la facette mélodique du screamo au début des années 2000. Le style est en perpétuel évolution flirtant parfois avec le noise rock et pouvant facilement être assimilé au post-hardcore qui est lui-même un autre style qui trouve plusieurs définitions en fonction des époques.

C'est pour cela que j'ai décidé de regrouper 3 styles que je trouve pas si éloignés dans un même article.

Tout d'abord, la playlist emocore avec les groupes plus dans la lignée de Fugazi et Rites of Spring en ratissant assez large, on y retrouve du Hüsker Dü et du The Blood Brothers.

Avec la playlist post-hardcore - qui est vraiment un terme valise plus qu'un style musical à proprement parlé, le ratissage est encore plus large mélangeant des morceaux très violents à d'autres beaucoup plus mélodiques, certaines flirtant avec le punk, d'autres avec le metal. Du coup, on y croise autant Helmet que Reversal of Man, At The Drive-In que City of Caterpillar, Ho Snakes que Sofy Major. J'ai essayé de garder une ligne directrice afin de rendre le tout le plus cohérent possible et d'avoir le chaînon manquant entre les deux autres playlists.

Enfin, la playlist emo/screamo a été la plus simple à mettre en place tellement les 40 morceaux présentés m'ont paru évidents. On y retrouve bien évidemment du Yage, Dead For A Minute, Orchid ou, encore, Birds in Row.

Tu noteras que je ne fais pas le détail morceau par morceau pour celui-ci. J'avoue, cela me manque, mais cela nécessite pas mal de temps de rédaction et j'aimerais bien consacrer ce temps à préparer les autres playlists à venir. Si cela te manque vraiment, n'hésite pas à me le dire.

Commentaires