Disques préférés de la décennie

Comme je l'expliquais déjà : cette fin de décennie est donc un bon prétexte afin de dresser le bilan de tout ce qu'on a pu lire, voir et écouter ces dix dernières années.

C'est pour cela j'ai décidé de lister les 25 disques qui m'ont le plus marqué cette décennie. Une sélection pas facile à finir tellement je voulais en mettre. Il y a de grands absents mais il n'est pas possible autrement qu'en faisant un top à rallonge, ce qui n'aurait finalement plus grand sens.


25//

The Austrasian Goat

Stains of Resignation

Music Fear Satan • 2010

Après une série de EPs et splits, Julien Louvet (ex-Shall Not Kill et co-propriétaire du label 2013 records) sort un LP sous son alias The Austrasian Goat. Il s'agit de 9 morceaux très variés mais composés avec le même talent oscillant entre le Funeral Doom au (Post-)Black Metal en passant par l'excellent "Voice of Aenima". Le disque n'a rien a envié aux références des genres cités comme Deafheaven et Chelsea Wolfe. Et la prestation est d'autant plus remarquable que la chèvre austrasienne a enregistré tous les instruments.

24//

Hawks

Push Over

Rejuvenation Records • 2012

Le noise rock'n roll de Hawks est d'une efficacité étonnante. Après son très bruitiste Rub sorti en 2011, le groupe d'Atlanta a su se renouveler avec ce disque qui m'a bien accompagné depuis... et c'est la raison première pour laquelle il apparaît dans ce top. La seconde est qu'il s'agit tout simplement d'un disque phénoménal qui, dès qu'il débute, t'embarque jusqu'à sa dernière note.

23//

HSY

HSY

Buzz Records • 2013

Je pense que je peux dire sans soucis que HSY était ma découverte musicale de 2013. Le groupe canadien propose un noise rock influencé autant par le post-punk que par le shoegazing. Cela donne des morceaux percutants avec une voix maniérées et des nappes de guitares bruitistes. Les 5 morceaux s'enchaînent sans jamais se ressembler mais proposent cette même folie qui caractérise bien le groupe. Dommage que HSY n'ait pas pu être aussi percutant sur son premier LP, Bask.

22//

Yautja

Songs of Descent

Forcefield Records • 2014

En règle générale, le metal m'ennuie. J'ai eu une époque pendant laquelle j'en écoutais beaucoup mais les groupes s'inspirent entre eux entrant dans une boucle infernale de répétition. Le metal a, à mon avis, vraiment du mal à se renouveler. Cela n'empêche pas de voir émerger quelques pépites comme Yautja, trio qui offre un premier LP rentre-dedans, imparable et qui se renouvelle à chaque instant jusqu'au morceau final d'une puissance et d'une violence remarquables. Un disque défouloir qui fait beaucoup de bien.

21//

Buildings

You are not One of Us

Antena Krzyku • 2017

Je suis Buildings depuis pas mal de temps et j'ai aimé voir sa mue : passer du groupe de noise rock sympathique au maître du genre. En effet, ce troisième LP du groupe marque un tournant décisif, le trio s'affirme proposant des morceaux entêtants et incroyablement puissants. You are not One of Us est un disque que j'aime écouter régulièrement et qui fait déjà partie de mes classiques.

20//

Louis Jucker

Eight Orphan Songs

Hummus Records • 2013

Ce disque est magique. En tout cas, c'est l'effet que donnent les 8 chansons composées et interprétées par Louis Jucker qui nous embarque dans un monde mélancolique. Les huit chansons orphelines sont toutes remarquables par leur beauté et leur ambiance.

19//

White Spot

I Had The Best For A Little While

Auto-prod. • 2016

Troisième disque composé, interprété et joué par une seule personne de cette liste. Il faut dire que ces disques sont remarquables sans même ce niveau de lecture. Marcus Lemoine alias White Spot propose lui un noise rock très sludgy, cacophonique et sombre, presque malsain. C'est un disque ambitieux - mais jamais condescendant - qui atteint ses objectifs à chaque fois.

18//

Young Widows

In and Out of Youth and Ligthness

Temporary Residence Ltds. • 2011

Le troisième LP de Young Widows est peut-être celui le plus boudé par les fans, pourtant je l'aime d'un amour fou. Pas le même amour que celui que j'écoute Settle Down City et Old Wounds, parce qu'il s'agit là d'un disque qui ressemble aux prémices de Jaye Jayle le projet solo du guitariste/chanteur du groupe, Evan Patterson. Il n'empêche que ce disque a des morceaux qui m'emportent à chaque fois comme la fin de "In and Out of Lightness", "White Golden Rings" et, surtout, "In and Out of Youth". Clairement le disque que je ne voulais pas aimer de Young Widows mais un disque qui m'a marqué.

17//

Death To Pigs

Live at Karashi

213 Records • 2012

Julien Louvet (ex-Shall Not Kill) rejoint les rangs du groupe nancéen Death to Pigs et ça déboîte. Il faut dire que la formation d'origine était déjà excellente mais, avec ce "Live at Karashi" - qui n'est pas un vrai live mais tu l'auras compris, il flirte avec l'excellence. Malheureusement, le disque souffre d'un léger manque de cohérence mais propose des morceaux inoubliables comme "Filthy Pigs" et "Necktie Party".

16//

Deafheaven

Sunbather

Deathwish Inc. • 2013

J'aime la manière que Deafheaven a de revisiter le Black Metal déjà par sa pochette complètement rose mais aussi par l'envie de composer des morceaux émotionnellement très chargés. Le disque propose des 7 morceaux très denses passant des blasts intensifs de batterie à des parties plus aériennes mais toujours avec la même passion. Il s'agit là, à mes oreilles, du coup de génie du groupe qui n'a jamais été capable de répéter l'exploit.

15//

The Men

Leave Home

Sacred Bones Records • 2011

En 2011, The Men confirmait tout le bien qu'on pensait de lui après ses quelques EPs. Le quatuor faisait alors du noise rock très bruitiste aux frontières avec le shoegazing et le punk. Très bruyant, il n'oubliait pas pour autant d'être mélodique comme le prouve si bien "If You Leave...", morceau d'introduction, mais il brillait lorsqu'il devient agressif avec ses riffs de guitares répétitives et son son de basse grésillant qui se déploie tel un mur de son face à nous. Leave Home est un prétexte au bruit et au bordel organisé et c'est pour ça qu'il est jouissif.

14//

KEN mode

Loved

Season of Mist • 2018

Pas la peine de te présenter KEN mode, cher lecteur et chère lectrice de ce site, il s'agit d'un de mes groupes que je préfère. En tout cas, l'un de ceux qui me donne envie de me jeter sur leur nouveau disque sans me poser de questions. En tout cas, les canadiens ont réussi à placer trois albums sur quatre dans mon top 50 de la décennie, mais Loved surpasse de loin en terme d'ambition Entrench et Success. Il est violent, radical, sans concession, intense et malsain. Le morceau final "No Gentle Art" est tout simplement grandiose.

13//

Ventura

Ultima Necat

Africantape • 2013

"Amputee", morceau de 11 minutes , est très clairement le morceau que je préfère de la décennie, pour le coup, il n'y a pas photo. Le reste du troisième LP de Ventura est bel et bien aussi intense avec des morceaux d'une beauté rare comme "Little Wolf" et "Exquisite & Subtle". Le trio de Lausanne nous offrait alors un visage plus subtile et délicat que ce qu'il nous avait déjà dévoilé. J'aime toujours étant écouter ce disque. Une merveille !

12//

Beak>

>>

Invada Records • 2012

Tu l'auras compris, nous sommes partis dans les choses sérieuses puisque je ne tarie pas d'éloges les 3 disques précédents. Ces 15 premiers sont tous excellents à mes oreilles et il a été difficile de les classer. Le trio de Bristol est pour moi l'un des groupes les plus sous-estimés qui soit, bien que très inspiré de Can, il apporte à cette formule quelque chose de très unique. Ce second disque est vraiment le plus "Can"-ien mais aussi celui avec une ambiance très marquée et celui qui respire le plus le génie à chaque composition.

11//

Cloud Nothings

Attack on Memory

Wichita Recordings • 2012

Si les compositions de Cloud Nothings sur ce disque sont accrocheuses et remarquables, la production de Steve Albini rend le tout magique. De l'intro, "No Future/No Past" à "Cut You", tout est agréable, léché et accrocheur.Quant à "Wasted Days", morceau de presque 9 minutes, il est un morceau d'une intensité folle avec ce break musical complètement fou et transcendant. Bon, il s'avère que le groupe massacre ces morceaux en live et qu'il n'a réitéré l'exploit depuis. En tout cas, il nous a offert ce disque qui est un chef d'oeuvre dans son genre.

10//

Haust

Bodies

Fysisk Format • 2015

Le quintet de Oslo fait dans le black metal à l'ancienne mais tout en faisant du punk psychédélique. Cela donne l'un des albums les plus originaux de la décennie avec des sonorités qui se marient finalement très bien. Mais, ce n'est pas simplement ce mélange improbable qui fait le charme - si j'ose dire - de Bodies, mais bel et bien son talent de composition. Les morceaux sont d'une efficacité remarquable respectant les codes des genres que Haust revisite. C'est un disque remarquable.

9//

USA Nails

No Pleasure

Bigoût Records • 2016

USA Nails, c'est de la bombe ! Là, encore, il s'agit d'un de mes groupes préférés et qui arrive à surprendre avec chaque nouveau disque. Mais, à mes oreilles, No Pleasure se détache du reste parce que je préfère sa ligne conductrice mais, aussi, parce qu'il s'agit du disque avec lequel j'ai découvert le groupe et qu'il y a cet attachement personnel qui le rend encore meilleur. Oui, c'est devenu l'un de mes disques préférés en aussi peu de temps.

8//

Total Victory

National Service

Kerviniou Records • 2012

Dans la catégorie "groupe sous-estimé", Total Victory se place là. C'est incroyable que la formation anglaise ne se fasse pas plus connaître. Même si je préfère que le groupe reste confidentiel pour soutenir les labels indépendants qui le soutiennent comme Kerviniou Records et Specific Records. Mais, Total Victory est l'un des groupes noisy pop les plus inventifs et qui propose des mélodies "post-punk" accrocheuses et entêtantes. National Service est une merveille pop qui surclasse bien les groupes qui explosent en ce moment.

7//

Girls Pissing On Girls Pissing

Songs of Sodomy and The Compost of Aethyr

Muzai Records • 2017

La prestation est juste incroyable : en 1h36, Girl Pissing On Pissing Girls offre un disque qui n'emprunte jamais les mêmes chemins, qui se renouvelle et qui propose un paquet de morceaux accrocheurs. J'adorais le groupe néo-zélandais avant la sortie de cet album, il m'avait envoûté avec son mélange entre post-punk, noise rock et no-wave mais je n'imaginais pas que la formule fonctionne sur un tel format. Et pourtant... J'adore écouter ce disque, j'adore comment le groupe m'embarque et m'emmène dans son monde, j'adore les mélodies, j'adore les incursions presque satanistes, j'adore l'ambiance générale. Des morceaux comme "Lustration", "Iwa", "Windershins" et "LAShTAL" font partie de ceux que je préfère de la décennie.

6//

Bâton Rouge

Fragment d'eux-mêmes

Purepainsugar / Bakery Outlet Records • 2010

Je ne pense pas écrire de connerie en disant que Bâton Rouge avait foutu une baffe à tout le monde à la sortie de Fragment d'eux-mêmes. Pourtant, il s'agit d'un disque d'emo à l'ancienne. Mais entre le talent de composition, les paroles en français très accrocheuses et les mélodies remarquables, il est difficile de ne pas succomber au charme du groupe Lyonnais. Ce n'est pas assis sur un banc qu'ils sont les rois du Monde mais bien avec leurs instruments à la main.

5//

Civil Union

Seasick, Lovedrunk

Melted Ice Cream • 2016

Autre groupe néo-zélandais qui fait un mélange entre noise rock, post-punk et no-wave mais, à la différence de Girls Pissing On Girls Pissing, il a un visage très mélancolique. Sur bien des aspects, Civil Union me fait penser à Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra en version "simplifiée". Chaque morceau du disque est d'une beauté rare avec des moments magiques, les mélodies t'embarquent immédiatement et la décharge émotionnelle est d'une sincérité telle qu'elle donne envie de chialer.

4//

Total Victory

English Martyr

Specific Records / Kerviniou Records • 2017

Je t'ai déjà dit que Total Victory est un groupe excellent et qu'il mérite tout notre amour inconditionnel ? Oui ! Et je le répète ici. Si je préfère English Martyr au pourtant excellent National Service, c'est tout simplement à cause d'une chanson en particulier, "In The Home Countries" qui est l'un des morceaux les plus beaux de la décennie. Le reste est véritablement du même niveau que son précédent disque - et ses différents EPs compilés dans le LP vs. Big Electric. J'ai hâte d'avoir un nouveau disque du groupe afin de me prendre la même claque qu'à la découverte de ce disque.

3//

Useless Children

Post Ending // Pre Completion

Iron Lung Records • 2012

Useless Children est un groupe australien qui nous offre un disque de noise rock sludgy d'une puissance et d'une intensité rarement égalée. En 8 morceaux, le disque t'extirpe ton âme, de la déchire devant tes yeux ébahis et te la fait bouffer en bouillie. C'est un disque sans concession qui est remarquable par ses compositions qui annoncent jamais à l'avance où elles vont. Et puis, il y a l'excellent "Shuffle", le morceau le plus accessible de l'album, mais qui s'inscrit dans la parfaite continuité du reste.

2//

Ventura

We Recruit

Africantape • 2010

Voilà comment en deux mots une histoire d'amour débute. We Recruit. J'ai pris une baffe quasi immédiatement et j'apprécie toujours autant écouter ce disque qui est une merveille sans nom. Ventura est incisif et inventif balançant des morceaux efficaces charmées d'émotion malgré la voix laconique du chanteur. Ce n'est pas un hommage au noise rock des années 90, c'est une véritable réappropriation arrivant à transcender tout ce qu'il entreprend. J'aime ce disque de tout mon être.

1//

Jungbluth

Part Ache

Halo of Flies • 2013

La baffe de la décennie reste cet album de Jungbluth. Simple, puissant, émotionnel, crust... Part Ache est une pièce unique qui m'emporte à chaque écoute. C'est un disque qui, pour moi, touche à la perfection en terme de composition et de ressenti. Le trio allemand composé de membres du groupe de D-Beat Alpinist qui était alors en hiatus propose un screamo intense et sans artifice, puissant plutôt dans ses affinités d'origine. Et si la violence est de mise, le groupe nous réserve de beaux moments d'une émotion vive.

Commentaires