The Armed - Only Love

Avec Untitled, The Armed a mérité son appellation de chien fou du hardcore chaotique avec des compositions allant dans tous les sens mais d'une efficacité imparable. L'album enchaînait alors tubes sur tubes. Tant bien que même, l'ombre de Converge planait au-dessus du groupe de Detroit et la production signée Kurt Ballou (guitariste de Converge) n'aidait pas forcément. Du coup, avec l'ajout de Ben Koller à la batterie (batteur de Converge), on pouvait penser que The Armed voulait accentuer d'avantage le lien de parenté avec son nouvel opus, Only Love.

Toi, lecteur fidèle de Noisy Tapes - ou fan de The Armed, tu le sais qu'il n'en est rien. L'approche de la formation issue de Detroit est diamétralement opposée à celle de Converge. Bien qu'on parle toujours de hardcore-metal chaotique, le groupe joue d'avantage sur l'ambiance mais tout en poussant les limites de cacophonie en même temps qu'il accentue son côté mélodique. Cette ambivalence, on la connait déjà sous la forme de couplets bourrins et de refrains chantés - aka la formule Poison The Well - mais, The Armed préfère ne jamais dissocier les deux. Ainsi, nous avons des blasts de batterie couvrant un mur guitares synthétiques saturées et d'un autre de synthé au son agressif avec une voix ultra mélodique en fond entrecoupée de vociférations.

J'adore !

Bien que le lien avec Untitled n'est pas évident à la première lecture, l'évolution du style paraît naturelle au fil des écoutes. On retrouve ainsi certains des ingrédients du précédent disque ("Heavily Lined", "Fortune's Daughter") auxquels The Armed ajoute des éléments de synth-punk ("Parody Warning"), de post black metal ("Witness") voire d'electro ("Nowhere to Be Found") et d'ambient ("On Jupiter"). Sous ses aspects de joli fourre-tout, Only Love est d'une cohérence sans reproche proposant surtout des morceaux d'une efficacité féroce.

Cette mélodieuse cacophonie est toujours mise en boîte par Ballou qui s'amuse à saturer encore plus les instruments mais, paradoxalement, les laisse respirer. J'ose le dire : Only Love est un disque qui tente de réconcilier des contradictions un peu à l'instar de ce merveilleux visuel qui mélange de nombreux éléments disparates mais qui ne détonnent pas. Concrètement, sous l'apparence d'un vacarme, on différencie facilement la caisse claire de la grosse, les cymbales claquent comme jamais, on entend très clairement la basse et les guitares derrière ses murs de sons de synthé ravageurs et omniprésents.

Autant dire que Only Love est un joli bordel organisé de compositions ultra efficaces et intenses qui envoie bien l'amour promis par le titre de l'album.

Commentaires