Deftones - Adrenaline

Retour en 1995. Cela fait un an qu'un groupe commence à percer dans la scène metal. Il s'agit de Korn qui démocratise un mouvement émergent : le neo-metal. Ce style musical est un mélange de genre s'inspirant autant de l'indie rock, de la new wave, du hip-hop et, forcément, du metal.

Profitant de cette vague, Maverick Records - le label de Madonna - décide de prendre le risque de sortir un groupe assimilé neo-metal. Mais, il ne s'agit pas une pâle copie de Korn. Il va autant piocher dans le hip-hop que chez Alice In Chains. Très vite, Deftones sera décrit comme un groupe de "Alternative Metal". Bien que je ne sois pas fan du terme "alternatif", il représente en effet bien mieux le groupe que "neo-metal".

Ainsi naît donc Adrenaline, le premier album du groupe et, autant dire qu'à l'époque, ce fut une claque. Tout d'abord, sonore puisque le groupe bénéficie d'un son très brut avec une voix enregistrée live. L'autre force du disque -et qui en sa principale - est la retenue dont fait preuve le groupe. En effet, lors des parties violentes, il évite intelligemment les murs de son et laisse parler les guitares. La voix de Chino Moreno varie en suivant ce principe. Les cris stridents viennent ponctuer des moments clefs. Même lorsqu'il vient à crier sur des phrases entières, cela colle à l'ambiance du morceau.

Musicalement, je pourrais décrire Deftones avec la guitare de Stephen Carpenter à son aiguisé et des riffs complexes mais répétitifs, la basse au son rond de Chi Cheng (R.I.P.) s'impose et la batterie d'Abe Cunningham tape fort des rythmes syncopés. Et puis, la voix de Chino Moreno dépeint avec ce que l'on a l'habitude d'entendre dans le metal. Il y a quelque chose de Bernard Sumner ou de Morrissey.

Je pourrais énumérer tous les morceaux et dire ô combien ils sont bons. Je pourrais également faire les éloges de la hidden track, "Fist", produite par Ross Robinson qui prouve que le groupe a quelque chose d'unique.

Commentaires