Bulls - Then We Die

Disque sauvage avec une véritable énergie live, Then We Die livre des compositions en or qui s'écoutent en boucle.

  • Label : Reptilian Records

  • Sortie : 2020

  • Genre : Noise Rock

Au bout de 20 secondes d'écoute de Then We Die, j'étais déjà complètement séduit par ce disque. Donc, autant dire que 28 minutes et quelques qui ont suivi n'ont été que du bonheur pour mes oreilles.

Ce qui m'a plu aux premiers abords - au-delà de cette introduction efficace - est l'énergie qui émane de chaque composition. On sent la passion qui anime chaque note donnant cette énergie indéfinissable qui fait que j'accroche à tel ou tel morceau, celle qui doit émaner des tripes des musiciens qui posent tout ce qu'ils ont sur leurs compositions.

En même temps, lorsque j'ai découvert l'histoire de Bulls, je comprends ce qui produit cette énergie parce que cette histoire de passionnés se ressent à chaque instant du disque. Le trio texan s'est formé dans les années 90 afin de concrétiser leur passion pour la musique bruyante plutôt que de traîner chez leur disquaire préféré. D'abord appelé Lancaster, il faisait de la musique instrumentale. Puis, les années sont passées, les concerts un peu moins, mais le groupe n'a pas désespéré, il largue son identité, joue sans avoir de nom... et puis la vie avance, la famille, les enfants... Le groupe se voit moins, arrête plus ou moins de jouer... Mais Ricky Del Toro, le batteur, et Jeff Schlueter, le guitariste, se disent qu'ils doivent recommencer, appellent le bassiste Dylan Holt et forment Bulls en 2014 avec quelques changements, Del Toro se met à chanter derrière ses fûts.

N'empêche que je remercie ces trois-là de n'avoir jamais renoncé puisque, six ans après, ils sortent ce que je considère comme l'un des disques les plus excitants du moment. Les mélodies sont accrocheuses permettant d'arrondir cette tension folle. Les morceaux savent surprendre avec des respirations bien pensées et des reprises de haut-vol qui viennent te donner un petit taquet derrière la nuque pour te donner à nouveau envie de headbanger. La guitare alterne entre tranchage dans le lard en bonne et due forme et riffs sophistiqués mais toujours avec la même énergie et ce son bien crade. La basse en gonflée à bloc. Et puis, les choix des rythmiques sont ultra malins (comme l'introduction de "Az") afin de permettre à Del Toro de nous faire profiter de sa charmante voix.

En plus de ça, le disque enregistré par Alex Bhore retranscrit une énergie live incroyable te donnant l'impression que le groupe joue dans ton salon. Autant dire que dans cette période de distanciation sociale, ça te donne l'impression de recevoir quelqu'un ce qui est plutôt sympa.

En tout cas, Then We Die est un disque sans prétention qui propose des titres d'une efficacité folle en plus de cette recette noise rock que j'aime temps, celle qui fait que j'aime tant Buildings, Faking, ou Young Widows. Bon, tu l'auras compris, c'est un de mes gros coups de cœur du moment.

Commentaires