Punk Rock Jesus, la vie du Christ façon télé-réalité

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler d'un comicbook auquel nous pouvons ajouter l'adjectif "rock'n roll" sans aucune honte. Même si la musique est plus un prétexte, Punk Rock Jesus de Sean Gordon Murphy reflète à la perfection cet état d'esprit et l'idéologie.

Punk-Rock-Jesus-1

L'histoire débute en 2019. La société américaine s'effondre. Elle est plus violente que jamais et les écarts entre les classes sociales s'agrandissent. C'est dans ce cadre que la société de production de téléréalité Ophis veut profiter de la détresse de son public en se rattachant aux croyances. Ils lancent ainsi le projet J2 destiné à cloner Jésus Christ à partir de l'ADN trouvé sur le Saint-Suaire et à le ramener à la vie en direct à la télévision. Présenté comme un casting ouvert, Gwen, une jeune femme vierge est minutieusement sélectionnée pour porter le nouveau Christ. Sa vie est retransmise à la télévision tout le long de la grossesse. Et, le 25 décembre, le public assiste en direct à la télévision à la naissance ce qui devait être le nouveau Messie, Chris.

Tout est orchestré par le directeur d'Ophis, Mr Slate. Il a tout fait pour cela soit une réussite. Il demande expressément de modifier les gènes de l'ADN de Jésus pour lui donner la peau et les yeux clairs afin qu'il ressemble à la représentation iconographique du Christ dans les églises. Mais, cela ne se passe pas comme la société de production le souhaiterait. Gwen tombe enceinte de jumeaux, et la société de production décide alors de masquer en images de synthèse la naissance de la soeur jumelle de Chris. Et puis, Gwen fait un traumatisme post-natal et elle devient alcoolique. quant à Chris, suite à de nombreux événements, il reste convaincu que Dieu n'existe pas, il découvre le groupe Dead Kennedys et il devient chanteur dans un groupe punk.

Punk-Rock-Jesus-2

Tout le talent de la narration de Sean Gordon Murphy est de ne pas taper impunément sur les croyances des gens mais plutôt de dénoncer le dévouement de la société aux religions et à la télévision. L'auteur avoue qu'il s'agit d'une oeuvre très personnelle. On retrouve de lui dans Chris et de sa mère "born again" dans Gwen. Murphy a été catholique, poussé par les convictions de sa mère, avant de devenir athée à l'âge de 23 ans en 2003. La famille est au centre même de l'histoire et le scénariste nous montre à quel point ce cadre peur définir la personnalité.

C'est après les attentats du 11 septembre 2001 qu'il eut l'idée de ce récit d'une société prête à tout pour se réfugier dans les croyances plutôt en regardant la télévision plutôt que de faire face aux véritables problèmes de la société. L'émergence des téléréalités lui donna l'idée de parler de la manipulation de l'image afin de montrer ce que l'on veut montrer. La mise en parallèle entre la télévision et la religion est loin d'être idiote et le récit le démontre à merveille.

Murphy s'attaque également à d'autres sujets comme le clonage, l'abus de pouvoir et la violence urbaine. Il dépeint ainsi un futur proche fort pessimiste. En tout cas, ce monde prend vie et est complètement cohérent.

Punk-Rock-Jesus-04

En plus d'être plus d'être passionnant, Punk Rock Jesus est magnifique à voir. Le trait de Sean Gordon Murphy est atypique : très fin, bourré de détails avec des personnages expressifs. Je préfère l'auteur avec de la couleur - notamment sur les excellents Joe The Barbarian et The Wake. Ici, cela fait ressortir son approche manga surtout dans les scènes rapides même si, à la lecture, cela ne gène nullement. Le dessinateur a tellement d'influences - du comic au manga en passant par la BD européenne que vous trouverez forcément quelque chose que vous plaira dans les dessins.

Tout au long des 230 pages, Punk Rock Jesus séduit. C'est aussi intelligent que beau avec une opinion marquée mais tout en respectant les croyances d'autrui tout en dénonçant ce qui dégénère dans la société. Sorti fin 2012 aux Etats-Unis en mini-série en 6 parties, il est sorti depuis en format album. Il est également disponible via Urban Comics depuis 2013 en version française ; un joli livre avec une belle couverture cartonnée et  du papier agréable au touché. Je vous conseille de le lire tout en écoutant les Ramones, Black Flag, Sex Pistols et, bien entendu, Dead Kennedys.

Article également publié sur The Mighty Blog.

Commentaires