The Canyon Observer - FVCK

Lorsqu'un groupe appelle son album FVCK, nous sommes en droit de penser qu'il ne jouera pas la carte de la finesse. Pourtant, The Canyon Observer propose de la musique plutôt exigeante.

Certes, sa musique est grasse, sans compassion avec de nombreux passages intenses. Après tout, nous parlons de sludge, ici. Mais, les compositions du quintet slovène ont quelque chose de rafraîchissantes. Elles ne sont pas compactes ni oppressantes mais plus aériennes malgré leur violence. Je ne sais pas si c'est le sang méditerranéen qui rend ce sludge plus léger que ce que nous propose d'autres groupes du genre.

Les passages remplis de rage s'alternent de manière naturelle avec des passages plus atmosphériques. Mais, The Canyon Observer ne joue pas dans la même cours que Deafheaven. Les passages calmes transpirent le sludge, le groupe préfère joué sur la sonorité et donne à l'ensemble de ses compositions de la cohésion.

Cohésion que nous retrouvons également dans la structure même de l'album. Bien que composé de 4 morceaux - qui durent entre 5 et 15 minutes chacun, FVCK défile en un seul bloc. Les transitions entre chaque sont quasi transparentes. Pourtant, les morceaux arrivent à se démarquer les uns des autres. Le travail de composition est à ce sens remarquable.

The Canyon Observer ne réinvente pas la roue pour autant, il adsorbe de multiples influences provenant autant du sludge que du post-rock, afin de nous livrer FVCK. Mais, il le fait très bien arrivant à capter l'attention de l'auditeur et à donner assez de profondeur à l'ensemble. Rien que pour cela, c'est un bon disque.