Multicult - Position Remote

Je suis arrivé à un stade où je ne peux plus être objectif avec le noise rock. Chaque disque du genre que j'écoute me plaît immédiatement. Je ne sais pas si c'est le groove de la basse, les riffs déstructurés, la voix lancinante ou la rythmique impeccable qui me fait cet effet. Quoiqu'il en soit, si tu n'aimes pas ce genre musical, je suis désolé pour toi, tu n'es pas sur le bon site. Par contre, tu as deviné dans quelle court joue Multicult.

Le groupe de Chicago est très prolifique. Depuis sa création en 2010, il a sorti sept disques, EP et split inclus. Il connaît la recette du bon noise rock jusqu'au bout des doigts mais ne se cantonne pas uniquement à l'appliquer. Il lui donne une saveur toute particulière. Alors si les compositions ne brillent pas par leur originalité, elles le font grâce à l'approche du groupe. La rythmique est mise bien plus en avant que la guitare. Le chant est lui-même un élément rythmique qui joue en canon de la batterie donnant des tueries comme "Afterward" et "Tesseract" à la fois métronomiques et, pourtant, complètement barrés. Les morceaux à la structure linéaire sont accentués par de cours passages pendant lesquels guitares et batterie partent en vrille, renouvelant l'intérêt du morceau, avant de revenir à leur monotonie jouissive.

Typiquement, Position Remote est un disque taillé pour rester squatter sur une platine. Chacun des 10 morceaux est un hit noise rock avec un savoir-faire à ne plus démontrer. Et, j'écris tout ça avec toute l'objectivité possible.