USA Nails - Shame Spirale

Avant de commencer à lire cette critique du dernier album de USA Nails, il faut que tu saches que je suis fan du groupe anglais dès les premières notes de Sonic Moist, son premier disque. J'ai écrit une critique dithyrambique sur son deuxième album tellement ce disque m'emporte à chaque écoute. Donc, lorsque j'ai eu la chance d'écouter Shame Spirale, le troisième album du groupe, quelques mois à l'avance - merci Bigoût Records, j'ai eu un début d'érection dès les premières notes.

Pourquoi cette mise en garde à part écrire le mot "érection" dans une critique ? Eh bien, c'est tout simplement pour dire que si ce disque avait été en dessous de mes espérances, je n'allais pas écrire la critique dithyrambique que tu vas lire ci-dessous.

À vrai dire, je ne savais pas trop à quoi m'attendre en écoutant ce disque. J'espérais ne pas être déçu mais, je pense que j'aurais bien aimé entendre un No Pleasure bis ; un disque qui me fait autant de bien aux oreilles ; un album sans concession, bruyant et efficace. Il s'avère que ça ne l'est pas et, c'est pour cela que Shame Spirale est un excellent disque.

Bien qu'on reconnaît la patte de USA Nails, le groupe a une approche du noise rock différente avec des morceaux moins rentre dedans mais sachant frapper au bon moment. Tout commence avec un mur de son, un riff répétitif, une voix lancinante et grave répétant la même chose, "What is the Price?" est une montée en puissance magistrale qui se termine dans un bordel sonore jouissif. Voilà, le ton est donné, le groupe n'emprunte pas des chemins balisés et même si nous retrouvons plus facilement nos repères sur le morceau suivant, "Interchangeable Sisters", USA Nails ne joue jamais la carte de la facilité laissant être emporté par leur folie créatrice et bruitiste si caractéristique. Il propose une rythmique en béton armée, des riffs toujours aussi bons et une alternance accentuant cette sensation de bordel organisé.

Ça joue fort, ça frappe fort, c'est barré, c'est heavy, c'est bruyant c'est énorme ! Oui, USA Nails signe encore un excellent album.

À noter que le disque se termine avec la reprise du tube de Grauzone, "Eisbaer", qui conserve l'essence du morceau original tout en sonnant comme un morceau - sous Xanax - de USA Nails. Dans ce sens, c'est plutôt une réussite... Ouais...! Ce groupe est tellement génial qu'il arrive à me faire dire du bien sur une reprise. Il mérite vraiment toutes les érections du monde !

Commentaires