Refused - Freedom

Le dernier disque de Refused ne laisse pas indifférent. On va dire que d'une manière générale Freedom est conspué mais ceux qui l'apprécient le défendent corps et âme. À tel point que si quelqu'un a le malheur de dire que Freedom est mauvais, il reçoit les foudres de guerre des fanatiques comme s'il avait écrit que Windows est le meilleur système d'exploitation sur un forum dédié à Apple. Je ne comparerais pas la marque à la pomme au dernier disque de Refused puisque le premier a des raisons d'être apprécié.

Je parle bel et bien du disque sans juger le groupe que je pense sincère en proposant les 10 titres qui composent Freedom. Certes, la reformation et ce nouvel album conspuent l'idéologie qui animait Refused, celle qui l'a conduit à se séparer afin de ne pas finir par faire des disques pour l'argent. Mais, l'envie de rejouer ensemble peut être une excuse valable afin de justifier cet écart de conduite. Certes, il faudrait alors considérer que le guitariste qui a claqué la porte en affirmant que le but de cette reformation n'était pas la bonne ne trouvait pas son bonheur au sein de la formation. Faisons comme cela ! Ne nous rappelons pas que Refused était plus punk dans l'âme que musicalement, un des rares groupes célèbres qui avait des valeurs. Oublions que les textes des trois premiers LP étaient politiques, qu'ils dénonçaient les abus du modèle capitaliste et les failles du système, dont celles de l'industrie du disque. Concentrons-nous uniquement sur qui est Refused, musicalement parlant.

Selon le community manager de la page Facebook de Noise Mag, voici comment on présente Refused sur cet aspect.

new-noise---refused

Apparemment, je ne serai pas un métalleux un peu beauf puisque je ne trouve pas que le groupe sonne comme du hipster parisien élitiste. D'ailleurs, ça veut dire quoi "hipster parisien" musicalement parlant ?! Je serai donc dans la seconde catégorie, sauf que je ne trouve pas que le groupe soit beauf et, puis, en terme de musique, ce n'est pas vraiment metal. Certes, The Shape of Punk to Come est, selon moi, un disque intelligent de neo-metal, s'éloignant du post-hardcore novateur de Songs of Fan The Flames Of Discontent mais ça reste un style assez éloigné du metal beauf.

Oui, vous avez bien lu. Je présente l'album culte du groupe comme un disque de neo-metal. Nous y retrouvons de nombreux gimmicks comme les riffs répétitifs, la synchro rythmique donnant envie de "jumper" et la voix hurlante au bon moment pour montrer que le groupe est "trop vénère". Je préviens tout de même que dans mon argumentation, je pars du fait que nous considérons que Deftones soit un groupe de neo-metal - alors qu'à l'époque il était bien plus proche d'un Quicksand ou d'un Bad Brains. Et, de ma bouche, ce n'est pas une insulte, il s'agit d'un genre musical que Refused a sublimé en utilisant à bon escient les acquis de leur second opus et en ajoutant des larsens, des spots radio et en coupant les morceaux en plein élan afin d'obtenir le titre de disque novateur. Ce qu'ils ont réussi à merveille. Je trouve en effet qu'on survend The Shape of Punk To Come qui est un très bon disque mais qui n'est pas autant important dans l'histoire de la musique qu'il aurait voulu l'être - ou que d'autres tentent de le faire croire.

De ce fait, et malgré ma condescendance et mes bretelles, je ne suis pas non plus dans la case "hipster parisien". Et si ajouter un faux spot radio au milieu du disque le rend élitiste, on est mal barré avec une telle élite. Bien entendu, j'ai saisi la touche d'humour dans la phrase provocatrice de Noise Mag mais je trouve dommage de pointer du doigt des défauts du groupe qui ne peuvent pas lui être reprochés. Il n'est ni metal ni hipster. Tout comme nous ne pouvons pas non plus critiquer les paroles du disque ni le refus de Refused (je ne l'ai pas fait exprès) de ne pas nous offrir un The Shape of Punk To Come Bis.

Tenter de refaire leur album culte aurait été un problème en soit même si nous avons l'impression que les morceaux "Elektra" et "Dawkins Christ" essaient de devenir les nouveaux "New Noise" (le hit du groupe). Mais, le reste n'a pas grand chose à voir. Ni indie rock, ni metal, ni post-hardcore, le groupe essaie de se différencier de tout le reste mais, c'est peut-être là le plus gros problème du disque. Le tout donne un ensemble de morceaux sans cohérence et sans direction précise liée par une production essayant d'harmoniser l'ensemble en faisant des morceaux les plus hargneux trop lisses et sans réelles envolées et en donnant les morceaux les plus calmes un son trop agressif masquant les mélodies. Mais le vrai problème du disque et celui qui est dénoncé, c'est qu'il est chiant. Point barre.

À mes oreilles, Freedom est insupportable. Chaque écoute est plus ennuyeuse que la précédente. Je pense même l'avoir trop écouté pour écrire cette critique. "Françafrique" est sur le point de devenir le morceau rock qui m'insupporte le plus, pourtant pour arriver à détrôner ce morceau de Muse, il en fallait. "Old Friend/New War" me donne envie d'arrêter la lecture du disque immédiatement. Je lisais un livre en écoutant "Thought Is Blood", j'ai dû changer de disque tellement le morceau m'empêchait de me concentrer et d'apprécier ma lecture.

J'ai l'impression d'être quand même sacrément méchant avec Freedom qui a pourtant des qualités... Si si ! Je trouve la pochette plutôt jolie.

Commentaires