Nothing - Guilty of Everything

Ne prêtez pas attention à l'étiquette sur le disque - mais qui se soucie des étiquettes ?, Nothing ne partage avec Bloody Valentine que le genre musical. Le groupe américain est moins sombre et moins bruitiste que celui de Kevin Shields. En fait, lors de la première écoute, ça m'a fait penser à une version shoegazing de Biffy Clyro - à l'époque où ils faisaient de la musique. En somme, Nothing a des airs d'un groupe qui se donne du mal à faire de la bonne musique pour draguer, du shoegaze de lovers.

Justement, je crois que c'est l'amour qui motive l'album. D'abord l'amour pour la musique transpirant tout du long de Guilty of Everything. Il y a un véritable côté charnel avec ses nappes de guitares venant te caresser au plus profond de toi et cette basse ronflante te murmurant des notes dans l'oreille. Et puis, il y a l'amour le vrai. Celui qui te rend tout con et qui frappe dans tes entrailles. Celui qui te fait couler des larmes de joies pour un oui ou pour non. C'est avec cette énergie que Nothing a composé son album. C'est un très beau disque.

En plus, les morceaux ont une ambiance, une approche différente mais avec ce même talent de composition et d'émotion vive compressée sur un disque. L'album est cohérent et s'écoute d'une traite avec un réel plaisir.

Autre chose qui fait plaisir - et merci à Relapse Records également, le CD est accompagné d'un livret d'une vingtaine de pages ce qui est de plus en plus rare. Dans celui-ci, on retrouve les paroles et des jolies photos avec le logo du groupe en filigrane illustrant le morceau. C'est le petit plus qui justifie l'achat d'un disque plutôt que d'une version numérique.