Louis Jucker - Eight Orphan Songs

Assis-toi dans une zone industrielle abandonnée et admire la dévastation autour de toi. Les bâtiments tombant, les vitres cassées, les graphitis apportant une touche de couleur presque chaleureuse, le vent qui fait s'envoler les résidus de parpaings et voltiger l'herbe tentant de reprendre le dessus devant la mer de béton qui jonce le sol. Assis-toi, admire et pense. Ou alors écoute les huits chansons orphelines de Louis Jucker et cela te procura les mêmes sensations.

C'est à la fois beau, mélancolique avec une pointe d'amertume et une certaine touche d'espoir. Les chansons de ce Eight Orphan Songs ne laissent pas insensible. C'est presque la B.O. de la vie. Chaque morceau a son histoire, son ressentiment, ses craintes, ses leçons à tirer. La voix nasillarde de Louis Jucker procure une sensation incroyable donnant la chair de poule, donnant soit envie de chialer ("The Girl That Left You At The Bus Stop") soit de te remplir de béatitude ("You Are My Glasses"). Cela accompagné de sa guitare acoustique et de claviers qui savent varier entre le dramatique ("Sleepwalkers") et une beauté simple  et pure, presque naïve ("I Curse You").

Louis Jucker offre un album des plus magnifiques qui m'ait été possible d'écouter. Il y a tant de choses dedans que cela est difficile de décrire la sensation qu'il procure. Mais je ne peux que t'encourager à l’écouter.