Deftones - Around The Fur

Le titre de l'album n'a aucune subtilité. En effet, Around The Fur (autour de la fourrure en français) fait référence à la peau animale mais également au sexe de la femme comme le laisse suggérer la photo de la femme en vue plongeante sur la couverture du disque. Mais que le titre n'est pas aussi subtil que les morceaux qui composent l'album.

Vis à vis de Adrenaline, l'album parait beaucoup plus propre et puissant. En effet, le producteur Terry Date a opté cette fois pour un son plus sophistiqué, évitant les prises live et montant au sommet la voix de Chino Moreno. Andy Wallace qui mixe l'album enchaîne les morceaux sans aucune pause entre créant un monobloc musical. Et mine de rien, ces décisions ont participé à rendre culte Around The Fur.

La recette musicale de Deftones ne change pas : la voix oscillant entre le très calme et les cris, la guitare aiguisée aux riffs ravageurs, la basse ronflante et la batterie syncopée. Pourtant, tout prend de nouvelles proportions. Ils plongent plus dans la tête la première dans le metal avec "My Own Summer (Shove It)" et "Lotion" voire dans le neo-metal en faisant un duo avec Max Cavalera sur "Headup". Mais, les compositions ne s'arrêtent pas qu'à ça. En effet, les influences diverses du groupe se font se ressentir encore plus qu'avant. "Dai The Flu", "MX" et "Mascara" sont bien plus sensuels, plus proche des compositions de The Smith que de celles de Sepultura. Il y a des morceaux avec une folie sous-jacente ("Lhabia" et "Rickets") qui place Deftones en héritier de Faith No More. Et puis, il y a ces morceaux entre metal et indie rock qui se rajoutent à l'éventail musical du groupe et qui marqueront les esprits comme le titre éponyme de l'album et, surtout, "Drive (Far Away)". Enfin, le morceau caché, "Damone", s'inscrit dans cette lignée.

Around The Fur est un album homogène mais aux influences multiples et à la musicalité inspirée. Après 17 ans d'écoutes intensives, je n'arrive toujours pas à m'en lasser. Je sais que je ne suis pas le seul. Une preuve de plus qui démontre que l'album est un incontournable.