American Heritage - Prolapse

Prolapse a été annoncé comme le chant de cygne de American Heritage. Ce fut certainement une déception pour les fans qui ont suivi le groupe ces onze dernières années en voyant qu'il n'arrivait pas à se faire la même réputation que ses frères Mastodonte ou Pelican avec qui ils ont pu tourner. En soit ce n'est pas si grave si le succès n'ait pas été au rendez-vous, ce qui compte surtout c'est l'héritage (sans vilain jeu de mots... assumé) qu'il laisse derrière comme ce sixième album qui prouve toute l'énergie et la passion du groupe.

Pour ceux qui ne connaissent pas, American Heritage est un groupe de noise rock qui ne dépeint pas du catalogue du label de ce disque, Solar Flare Records (Pord, Sofy Major…). Entendez-là un gros son ronflant de guitares accompagné d'une rythmique lourde néanmoins punk et d’une voix hargneuse. Il y a un véritable sentiment d’urgence tout le long de l’album avec des morceaux au tempo élevé. Seul "Constant and Consuming Fear of Death and Dying" propose est mid-tempo sans pour autant décompressé la rage qui anime les compositions.  La force du groupe de Chicago est d'être un véritable bulldozer sonore qui avance tout droit et qui déblaie tout sur son passage. Les riffs s'enchaînent et créent la diversité des morceaux aux structures inflexibles.

Paradoxalement, il s'agit peut-être là de la faiblesse du groupe qui manque réellement de relief. Du coup, malgré l'énergie déployée, il y a cette sensation d'écouter un amas de morceaux identiques. Cela est d'autant plus vrai que les 3 derniers morceaux de l'album sont des reprises et même si, de manière remarquable, ils arrivent les assimiler à leur répertoire, il y a cette sensation de déjà entendu. De ce fait, aucun morceau ne se démarque d’un autre si on n’y prête pas attention. C’est fort dommage puisque l'album propose de véritables pépites comme l’entêtant "Anxious Bedwetter" ou l’hyper-actif "Mark of Lies". Cela reste donc un bon disque qui plaira aux aficionados du genre.