Direwolves - Aegri Somnia

Et si on commençait la critique par raconter ma vie ? Enfin pas vraiment ma vie, mais plutôt faire un point sur mes goûts musicaux. Je pense que l'une chose pour laquelle je suis le moins sensible c'est la démonstration technique. Entendre des mecs changer de riffs toutes les trois secondes avec une rythmiques carrées me plait autant qu'une collection de bikini. Il manque quelque chose pour que ça me plaise à fond... En gros, lors des premières écoutes des morceaux de Direwolves, je me peinais à m'imaginer en concert lever le bras au ciel au rythme des compositions.

Pourtant tout est là... Tout est là pour me plaire. Je trouve ça moins froid qu'un Comity (qui est justement le digne représentant de tout ce qui me touche le moins). Du coup, je me suis retrouvé à écouter puis écouter pour comprendre ce qui n'allait pas... Et, je pense avoir trouvé : c'est le manque d'écoute tout simplement. Sans dire que c'est la musique qui me touche le plus, Aegri Somnia fonctionne bien avec sa succession de mosh-parts et de riffs plus lents. On est peut-être assez éloigné du hardcore crust annoncé par la bio du groupe mais ce sont justement ces parties là qui donnent un côté humain aux compos. Ça et la voix déchirée à la screamo. En tout cas, il y a quelques morceaux avec une vraie bonne ambiance comme on retrouve sur ceux de From Ashes Rise ("The Liar's Choice") ce qui ne va pas me déplaire. Le reste c'est du harcore de bourrin mais intelligemment composé... très french-touch.

À défaut de me plaire complètement, Direwolves offre un disque très bien conçu qui trouvera ses fans, j'en suis sûr. Ah j'oubliais de préciser (mais vous l'avez sans doute déjà remarqué) : la pochette de l'album est somptueuse.